Le bouc et le psychopathe, part II, 11/11 – 4/12

Posted on 13 avril 2012

0


Si vous reconnaissez quelqu’un, faites vous aider.

Très doué à l’oral, il a réponse à tout et est capable de moucher les meilleurs orateurs. Charismatique, on lui prête naturellement des qualités de meneurs d’homme. Dissimulant parfois ce trait de personnalité déplaisant sous une forme de modestie, il peut être arrogant. Il a l’impression d’être un bienfaiteur, un sauveur. Il n’a que peu de sentiments pour les autres, mais peut mettre en scène son empathie et dit être « une personne sensible avec un cœur grand comme ça ». Il peut user de culpabilisation, d’expressions-cadenas, de tonalité docte, et se pose parfois en dépositaire du savoir absolu. Certains propos ambigus visent à vous faire comprendre sa pensée sans avoir à la formuler explicitement. Il se comporte différemment selon les personnes à qui il a affaire, en public et en privé. C’est un communiquant instinctif, et a un talent naturel pour donner de lui-même une image très flatteuse. Il se fait valoir par le travail et les réalisations de ses directeurs et arrange son histoire. Il traque ceux qui ont compris à qui ils avaient réellement affaire et seraient susceptibles de faire tomber le masque.

Il accorde trop d’importance à certains faits, en minimise d’autres. Il a du mal à envisager toutes les conséquences de ses actes. Du jour au lendemain, tout s’effondre comme un château de cartes. Il ne ressent jamais aucuns remords. Il rejette systématiquement la faute. Il minimise les dommages qu’il a commis.

Très agressif et très combatif, il a aisément recours à des menaces. Il conçoit la vie comme une succession de combats avec, à chaque fois, un vainqueur et un vaincu. Il est déterminé à faire ce qu’il faut pour sortir vainqueur. Il dénigre, critique, et dévalorise. Ce qu’il fait est exceptionnel ; ce que les autres font est banal. Il n’a aucun mal à imaginer que les autres commettent toutes sortes d’ignominies et « projette » sur autrui ses propres dispositions. Il peut se transformer en inquisiteur féroce. Il éprouve le besoin de contrôler les gens qui gravitent autour de lui. Il est dominateur et s’entoure d’adjoints dociles et traque tous ceux qui peuvent lui faire de l’ombre. Certaines émotions sont difficilement perceptibles : l’amour, l’attachement, la compassion, la honte, la tristesse, la dépression. Le mépris et l’impulsivité affleurent souvent. Il a tendance à en faire trop, son style est grandiloquent, ampoulé, fleuri, pompier, truffé de métaphores. Il manque de sincérité. Il dépasse les étapes traditionnelles de l’amitié qui s’ébauche en s’efforçant de vous faire croire – trop vite – que vous êtes déjà les meilleurs amis du monde.

Références :

Portrait-robot du psychopathe : je pense que c’est le texte dont je me suis beaucoup inspiré.

Le wikipedia

Décidément, les portraits robots, ça marche…

L’Express (section emploi-carrières !)

Une variante (croisée aussi dans ma vie…) : http://www.aapel.org/bdp/borderline.html

[edit le 11/4/2013] Pas sûr que j’en soit tout à fait sorti, moi… Un film sur le sujet, et pendant qu’on y est, un nouvel article, celui-ci[/edit]

[edit le 27/08/2013] Je me fais ma petite bilbio sur le sujet… Un article de plus.[/edit]

Publicités
Posted in: Highway to hell