Le sexe des valeurs

Posted on 11 juin 2011

0


Humaines, féminines, masculines : quelles valeurs pour quelle civilisation ?

Il y a évidemment une différence entre hommes et femmes. Cette différence, génétique et hormonale, donc naturelle, a cependant des impacts sur la vie que nous partageons à l’heure actuelle, et qui relèvent d’une absence d’évolution civilisatrice de la société.

On peut en effet penser qu’une Civilisation ne tolérerait pas, deux cents ans après (lire la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne) que de telles inégalités persistent. Si la notion de faible femme et d’homme fort ne relèvent pas d’un délire machiste, la civilisation (au sens acquisition de civilité ou un truc comme ça) de l’être humain nécessiterait que ce concept, réel, évolue et /ou soit remplacé par celui d’une réelle égalité, voir complémentarité des un(e)s avec les autres. La complémentarité paraît plus réaliste que l’égalité car, devant certaines « contraintes » (grossesse, enfantement, « viscéralité » de la relation aux enfants), les hommes et les femmes ne sont clairement pas à « égalité ». Ces différences sont à peu près les seuls sur lesquelles une généralisation (les femmes ceci, les femmes cela…) est possible, avec celles concernant la force « pure » (les hommes ceci…). Il faut donc, sur et avec ces différences, admises et comprises construire une civilisation qui les prenne en compte, et s’appuie dessus pour le bonheur du plus grand nombre. Les historiens nous diront comment cela fonctionnait dans le passé (quid des femmes des cavernes ?), les spécialistes des animaux diront que ce sont les lionnes qui chassent aussi (en fait, elles font tout les lionnes non ?), la place des femmes dans les religions monothéistes sera scrutée elle n’est pas très épanouissante, cette place d’après ce que j’ai compris), celle dans les peuplades ou notre « civilisation » n’a pas encore pris pied nous montrerons que dans certaines, la place de la femme est respectée. OK, mais nous ?

Bien des beaux discours sont fondés sur les « valeurs féminines », mais je ne suis pas sûr que l’on puisse les « sexuer » aussi simplement. Je me demande même si le fait de le faire pour les mettre en avant et les faire respecter ne soit pas le début d’un certain sexisme. Je sais, j’ai en son temps dénoncé l’attitude condamnant les « racistes inconscients », mais autant on peut bien imaginer que cela existe, autant je ne supporte pas de  les clouer au pilori, tout comme les « sexistes insconscients », s’ils existent. Je pense que c’est le pilori, en fait, que je ne supporte pas. Ou alors, il s’agit de savoir ce que l’on définit comme des « valeurs humaines ». On pourrait en effet très bien admettre que les valeurs humaines ne sont réellement qualifiables ainsi que quand elles sont partagées ou partageables par l’ensemble de l’humanité sans distinction de genre…

Publicités