La laïcité : Concrètement, comment ?

Posted on 8 juin 2011

1


La laïcité qui définit la frontière entre le religieux et le politique ne peut se résoudre simplement. Cette frontière change avec les cultures et le temps, c’est un phénomène dynamique qui doit être repensé souvent. La notion de respect mutuel qu’elle sous-tend ne nous est pas naturelle. La laïcité est un sujet de réflexion politique passionnant qui trouve une grande actualité avec le printemps arabe , la régression du christianisme, la mondialisation des cultures. La laïcité n’est pas l’affaire de spécialistes tout le monde est concerné par les contradictions qu’il faut aborder.

Je trouve les débats abstraits de spécialistes es-laïcité assez limités. Si on essayait de discuter de propositions ?

Je propose de ne pas dire « Oui, mais ça c’est pas faisable ». Il faut penser la civilisation que l’on souhaite et se donner les moyens de la construire. Les modifications le la loi de 1905 visant à en préciser l’usage dans le sens de la séparation de l’église et de l’état sont autorisées.

Je me lance :

– Aucun financement de l’école privée.

– Aucun financement (= pas non plus de réparation) des Monuments Historiques s’ils sont des lieux de culte, ou alors seulemet s’ils servent au moins trois cultes monothéistes.

– Création d’une veille laïque visant à étudier les situations conflictuelles ou risquant de le devenir, mais le conseil d’état m’a l’air de jouer un tel rôle, et l’observatoire national de la laïcité le devrait…

– Appliquer le décret concernant l’observatoire national de la laïcité.

– Abolir la loi de 1942 non abolie à la libération

– Abrogation du concordat Alsace-Moselle

– Modifier la loi du 15/3/2005 dispensant les classes sous contrat de la loi prohibant les signes religieux ostensibles 

– Assujettir les édifices du culte à la taxe d’habitation, comme occupés à titre privatif (2° de l’article 1407 du code des impôts)

– Remplacer tous les jours fériés catholiques, par des célébrations plutôt universelles, ou historiques par exemple.

– Ne conserver par an, que trois jours fériés de célébrations religieuses, un par religion monothéiste, qui représenteront également la « prise en compte par la laïcité » du Fait Religieux, c’est-à-dire qui représenteront aussi les autres religions (non monothéistes).

– Débarrasser le paysage de la France des églises vidées (sauf Monument Historique), des calvaires à tous les carrefours, de ces chapelles désertées et de ces croix grises et tristes plantées partout, jusque sur les sommets des montagnes et à tous les caps côtiers. [c’est un peu radical, ça]

– Ouvrir le Vendredi la moitié des églises restantes, à l’autre religion, montante elle, c’est-à-dire à l’Islam qui manque de locaux. On pourrait aussi les partager également avec les Juifs le Samedi, s’ils le désiraient.

– Ne pas laisser s’instaurer des déséquilibres scolaires dans certaines zones par l’établissement d’un schéma d’organisation de l’enseignement qui veillerait à maintenir une équité entre les différentes possibilités offertes.

– Rétablir une justesse (voir une justice ?) dans l’attribution des postes entre le public et le privé, sur des bases réelles de prise en charge des enfants : appliquer la loi.

– Revoir la composition des commissions d’éthique et éclairer les positions religieuses / philosophiques / spirituelles des membres des comtés d’éthique.

– Abolition de la reconnaissance des diplômes « catholiques » par les universités, mais il y a là une distinction entre diplômes canoniques et profanes que je ne comprends pas.

Supprimer :

– la possibilité pour l’État, les départements et les communes d’accorder une garantie d’emprunt pour la construction d’édifices religieux,

– l’exonération de la taxe d’habitation applicable à ces édifices,

– l’exonération de la taxe foncière sur les propriétés bâties pour les édifices affectés au culte s’ils appartiennent à une personne publique ou à une association cultuelle,

– la possibilité de mettre un terrain à la disposition d’une association, par bail emphytéotique, pour la construction d’un édifice cultuel,

– la possibilité pour une association cultuelle de recevoir des collectivités publiques des fonds destinés à la réparation des édifices qui appartiennent à ces dernières.

Proposition sur l’instauration d’une journée de la laïcité vient d’être déposée :  » Demande que la République française instaure une Journée nationale de la laïcité, garante de la cohésion républicaine, non fériée ni chômée, fixée au 9 décembre, et permettant chaque année de faire le point sur les différentes actions menées en la matière par les pouvoirs publics, ainsi qu’être l’occasion de manifestations au sein du système associatif et éducatif. »

– Une loi empêchant toute personne en situation de faiblesse, de position non dominante de se voir imposer une religion (parents – enfants ; femmes – maris ou fils, même, parfois…etc…etc…)

Suppression de la loi Carles.

Allez, encore une petite louche récupérée sur le site Prochoix :

  • Suppression des crucifix dans les établissements publics,
  • Suppression des aumôneries dans les lycées,
  • Suppression du financement des écoles privées

Y a de quoi faire…sans compter une véritable politique de lutte contre les discriminations, contre le racisme et pour l’égalité des chances.

Les propositions de livres illustrant les déclinaisons concrètes de la laïcité comme celui de D Bouzar sont autorisées… J’en profite pour citer une référence qui doit bien déboucher elle-même sur une liste de propositions, non ? Un livre apprécié, ici. Et aussi Jean Baubérot, Et d’Henri Poulat : Enquête sur une laïcité disparue, et la laïcité et l’école depuis 1945, ou l’on apprend que Guy Mollet négociait avec le Saint-Siège…, Henri Pena-Ruiz, De Jean-Paul Scot, Jaurès et l’émancipation laïque, et comprendre la loi de 1905.

Merci Axel J, Christian Paultre, Dianne , JPYLG, Nihile, Bernard Colin, Joël Martin

Publicités
Posted in: Laïcité