Si l’élève boite, il a tort de boiter

Posted on 24 avril 2008

0


Voilà ce qui arrive quand on a des idées ; on veut faire des méthodes adaptées aux élèves, et le propre des méthodes adaptées aux élèves est que les élèves ne s’y adaptent jamais. Ce n’est pas qu’elles ne soient excellentes, mais il en va de ces excellents systèmes comme des souliers qu’on me faisait faire dans mon enfance ; je trouvais toujours le pied droit trop large : « Il est parfait, me disait le cordonnier, un soulier ne doit jamais gêner », et je trouvais le pied gauche trop étroit : « Tant mieux, m’expliquait-il encore, le cuir prête, il vous ira bien ». Je comprenais que mes pieds avaient tort et je boitais en me sentant coupable. Les souliers auraient dû m’aller. Qui l’eût mieux su que celui qui avait fait la chaussure ! Ainsi le pédagogue chausse l’enfance de méthodes qui sont faites pour elle. Si l’élève boîte, il a tort de boiter.

Alexander Vialatte

(« Chroniques de la Montagne »)

Publicités