« Travailler plus pour gagner plus »

Posted on 2 octobre 2007

0


Les heures supplémentaires sont donc « libres de droits et d’impôts », comme promis. Que cherches-t-on ?

A permettre « aux gens qui le souhaitent » de travailler plus ? Les heures supplémentaires non volontaires existent-elles ? Les salariés sont (ils (ou elles) exempts de reproches si ils refusent le volontariat ? Y-a-t-il une limite d’heures travaillées y compris les heures supplémentaires ? Bien sûr, certaines personnes vont pouvoir travailler plus et gagner plus, mais combien ? Quel est l’objectif ? Quel est ou quels sont les indicateurs sur lesquels notre présigouverneur souhaite être jugé, d’après ses dires ?

pompiste-dans-la-pompe.JPG

A réduire le chômage ? Non, je ne crois pas. Pour réduire le chômage, il fallait justement réduire l’imposition des 35 premières heures de travail, et surtaxer les heures supplémentaires. C’est idiot me répondra-t-on : la détaxe nécessaire pour intéresser les entrepreneurs à embaucher plus aurait mis la France encore plus « en faillite ». Voire…

Le débat de fond, le choix politique, le seul choix nécessaire n’a pas été discuté dans cette campagne : Que veut-on faire gérer par un service public dans notre société et quel niveau de qualité veut-on atteindre ?

Police (Zéro bavure ? : Nombre et formation des policiers ? coût ?), Justice (Zéro erreur judiciaire ? Idem pour les magistrats, puisqu’en plus il faut aller vite !), Santé (Zéro maladie nosocomiale ?), Transport (Continuité territoriale ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Un Paris – Saint – Pierre au prix de Paris-Marseille ?), Education/Enseignement (Zéro chômeurs ? Non, il me semblait avoir lu que le système économique avait besoin d’un taux de chômage, d’une certaine insécurité de l’emploi pour maintenir les salaires à un niveau raisonnable (ou y revenir : la mondialisation ?) ; une nation formée à penser et réfléchir ? Non plus il me semble… alors quoi ?

C’est là que résident les ambiguïtés : faute de ces choix, et de la pleine connaissance de ce qu’ils impliquent, on reste dans les imprécations libérales ou anti-libérales. Mais des imprécations quand même…

A propos : la fusion UNEDIC-ANPE : le chômage des uns crée le chômage des autres ?

Publicités